HOME CONTACT US SEARCH



Cliquez sur ici pour la version en français

The validity of the My Meal Intake Tool

Advancing Nutrition Care in Canada

The CMTF is pleased to announce another publication:  The My Meal Intake Tool (M-MIT): validity of a patient self-assessment for food and fluid intake at a single meal

J. McCullough and H. Keller.  J Nutr Health Aging, published http://link.springer.com/article/10.1007/s12603-016-0859-y

The Nutrition Care in Canadian Hospitals (NCCH) study revealed that medical and surgical patients who ate ≤ 50% of the food provided to them was an independent risk factor for length of stay (LOS).  Poor intake can lead to iatrogenic malnutrition, even in well-nourished patients and 20% of patients’ who stayed more than seven days did regress nutritionally. Dietitians typically will use “calorie counts” to determine if a patient consumes enough protein and calories to support recovery.  However, calorie counts cannot be completed for all patients and busy nursing staff may not consistently complete the forms. An alternative is self-completion of meal intake by patients who are cognitively able or completion by a proxy (family or friend). The My Meal Intake Tool (M-MIT) was developed and tested in older (65+ years) patients to determine if this self-assessment tool is valid and practical for routine use in a hospital setting. M-MIT assesses patient’s intake of beverages and foods provided for a single meal, as well as providing an opportunity for the patient to identify reasons for not consuming the food or beverages.

Key Findings:

This cross-sectional, multi-site (four acute care Canadian hospitals) study included 120 participants who completed the M-MIT for a single meal.  To determine validity, the food and beverage intake was also visually estimated by a research dietitian at each hospital.  Sensitivity, specificity and overall agreement were calculated for both food and beverages. Patient and dietitian comments were used to revise the form.  Using a cut point of ≤50% intake, sensitivity was 76.2% and 61.9% and specificity 74.0% and 80.5% for solid and beverages respectively. The M-MIT identified a greater proportion of participants (37.2%) as having low food intake (≤50%) than did the dietitians. Similarly, low intake of beverages was identified at 28.3% and 24.6% for patients and dietitians respectively

Clinical relevance:

The M-MIT demonstrated preliminary validity for use in older patients with good cognition.  This tool could be used as a means of determining patients’ food and fluid intake while at the same time including them in their own care and course of treatment.

Please visit the CMTF web site to download a copy of the M-MIT: http://nutritioncareincanada.ca/tools/tools-for-your-practice/audit-and-monitoring-change-tools/monitoring-patients

Sincerely,
The CMTF


Validité du questionnaire Mon alimentation

Améliorer les soins nutritionnels au Canada

Le Groupe de travail canadien sur la malnutrition (GTCM) a le plaisir d’annoncer une autre publication : The My Meal Intake Tool (M-MIT): validity of a patient self-assessment for food and fluid intake at a single meal

J. McCullough et H. Keller.  J Nutr Health Aging, publié http://link.springer.com/article/10.1007/s12603-016-0859-y

L'étude sur les soins nutritionnels dans les hôpitaux canadiens a révélé que la consommation de 50 % ou moins des aliments proposés aux patients hospitalisés pour des soins médicaux ou chirurgicaux était un facteur de risque indépendant de prolongation de l’hospitalisation. Un apport alimentaire insuffisant peut conduire à la malnutrition iatrogène, même chez les patients ayant un bon état nutritionnel; on a de plus observé que 20 % des patients hospitalisés pendant plus de sept jours ont connu une régression sur le plan nutritionnel. En général, les diététistes s’appuient sur le nombre de calories pour déterminer si un patient consomme suffisamment de protéines et de calories pour bien se rétablir.  Or, l’apport calorique ne peut pas être calculé pour tous les patients, et le personnel infirmier manque parfois de temps pour remplir les formulaires. Une solution possible consiste à faire noter l’apport alimentaire par les patients qui en ont les capacités cognitives ou par un proche (membre de la famille ou ami). L’outil Mon alimentation a été mis à l’essai chez des patients âgés de 65 ans ou plus pour déterminer s’il était valide et commode en vue d’un emploi systématique en milieu hospitalier. Il permet d’évaluer l’apport de boissons et d’aliments solides en un seul repas et donne l’occasion au patient d’indiquer pourquoi il n’a pas bu ou mangé.

Observations clés

Cette étude croisée multicentrique (quatre hôpitaux de soins aigus canadiens) réunissait 120 participants qui ont rempli le questionnaire Mon alimentation pour un seul repas.  Afin de déterminer la validité des résultats, dans chaque hôpital, on a demandé à un diététiste chercheur d’estimer visuellement l’apport en aliments solides et en boissons. La sensibilité, la spécificité et la concordance globale ont été calculées indépendamment pour les aliments solides et les boissons. Le questionnaire a par la suite été modifié à la lumière des commentaires des patients et des diététistes. Pour une valeur seuil correspondant à la consommation de 50 % ou moins du repas fourni, la sensibilité a été établie à 76,2 % et à 61,9 % respectivement pour les aliments solides et les boissons, tandis que la spécificité s’est établie à 74,0 % et à 80,5 %. La proportion de patients ayant un faible apport d’aliments solides (≤ 50 %) évaluée d’après le questionnaire Mon alimentation s’est révélée plus élevée (37,2 %) que lorsqu’elle a été évaluée par les diététistes. De la même façon,  la proportion de patients ayant un faible apport de boissons a été estimée à 28,3 % d’après le questionnaire et à 24,6 % par les diététistes.

Pertinence clinique

Les résultats préliminaires ont montré que le questionnaire Mon alimentation était un outil valide en vue d’une utilisation par des personnes âgées dont les capacités cognitives le permettent.  En plus de servir à déterminer la quantité d’aliments solides et liquides ingérés, il pourrait aussi amener les patients à participer à leurs soins et à leur processus de traitement.

Veuillez visiter le site Web du GTCM pour télécharger une copie du questionnaire Mon alimentation :  http://nutritioncareincanada.ca/sites/default/uploads/files/My-Mealtime-Intake_FR.pdf

Sincères salutations,
Le GTCM